Yolande de FRANCE

Yolande de FRANCE

1434-1478, duchesse et régente du duché de Savoie

Née le 23 septembre 1434 à Tours et décédée le 29 aout 1478 à Moncrivello, Yolande de France est duchesse et régente du duché de Savoie. Elle applique une politique d’alliance avec le royaume de France, puis avec le duché de Bourgogne, durant les guerres de Bourgogne menées par Charles le Téméraire.

Fille du roi de France Charles VII de Valois et Marie d’Anjou, la princesse Yolande de France se marie à Amédée, fils du duc Louis Ier de Savoie en 1452, afin de renforcer les liens familiaux entre les Valois et la Maison de Savoie. Le royaume de France cherche ainsi à obtenir un meilleur contrôle sur le duché de Savoie, voisin direct et influent, tandis que le duché de Savoie étend son réseau d’alliances et renforce sa légitimité.

Le duc Louis Ier de Savoie meurt en 1465, laissant le pouvoir à son fils, désormais Amédée IX, qui est cependant malade et inapte au pouvoir. Dès 1465, Yolande de France assume légitimement le pouvoir ducal à la place de son époux. Lors de l’assemblée des États de Savoie qui se tient à Lausanne en 1466, elle est nommée régente officielle du duché. En 1468, elle réunit à nouveau les États de Savoie pour réformer administrativement l’ensemble du duché, et pour constituer un Conseil de régence efficace. Dès lors, elle est au centre de l’appareil d’État savoyard. Au XVe siècle, la régence peut légitimement revenir à une femme, bien qu’il n’y ait que peu d’exemples. Dans le cas de Yolande de France, son statut de femme régente ne lui occasionne pas de difficultés particulières, puisqu’elle est formée au pouvoir et secondée par un conseil compétent et fidèle.

À la mort de son époux à Verceil en 1472, elle proclame aussitôt leur fils Philibert duc de Savoie, et assume la régence en son nom. De cette manière, elle empêche Philippe de Bresse, frère d’Amédée IX, de prendre le contrôle du duché. Ainsi, dans les faits, Yolande dirige la Savoie de manière ininterrompue pendant douze ans.

Lors des conflits entre la France et la Bourgogne en 1465, puis durant les guerres de Bourgogne (1474-1477), Yolande de France collabore, d’une part, avec son frère le roi de France Louis XI, notamment en lui envoyant des renforts. D’autre part, elle conclut une alliance en 1467 avec Charles le Téméraire, renouvelée en 1473. Malgré cela, Charles le Téméraire enlève la duchesse et ses enfants le 27 juin 1476 sur la route menant à Genève. La famille est emprisonnée au château de Rochefort, puis au château de Rouvres. La duchesse est finalement libérée par son frère, le roi Louis XI, et retourne diriger la Savoie.

En tant que souveraine et femme pieuse, Yolande de France fonde un premier couvent de sœurs clarisses à Chambéry en 1464. Après avoir négocié avec le pape Sixte IV, elle fonde un second couvent à Genève en 1476, en haut de la rue Verdaine. Construit sur une résidence privée de la duchesse, le couvent de Sainte-Claire accueille quinze religieuses à sa fondation et est actif jusqu’à la Réforme, moment où les sœurs fuient à Annecy.

Saisie de crises de goutte dès janvier 1478, la duchesse s’affaiblit durant le printemps et l’été de la même année. Dans l’incapacité de régner, sa cour l’abandonne et retourne à Chambéry régler sa succession. Elle meurt en aout à Moncrivello, dans le Piémont, puis est enterrée dans la cathédrale Saint-Eusèbe à Verceil, aux côtés d’Amédée IX.


Biographie : Alexandre Romi

Sources
  • Ménabréa, Léon (éd.), Chroniques de Yolande de France, duchesse de Savoie, sœur de Louis XI, Paris, F. Chamerot, 1859.
  • Hodel, Paul-Bernard, « De quelques documents inédits pour servir à l’histoire des Clarisses de Genève », Revue suisse d’histoire religieuse et culturelle, vol. 103, 2009, p. 161-182.
Bibliographie
  • Andenmatten, Bernard, « Yolande de France », in Dictionnaire historique de la Suisse (www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F20392.php).
  • Andenmatten, Bernard, Ripart, Laurent, « Ultimes itinérances. Les sépultures des princes de la Maison de Savoie entre Moyen Âge et Renaissance », in Paravicini Bagliani, Agostino, Pibiri, Eva, Reynard, Denis (éd.), L’itinérance des seigneurs (XIVe-XVIe siècles). Actes du colloque international de Lausanne et Romainmôtier, 29 novembre-1er décembre 2001, Lausanne, Université de Lausanne, 2003, p. 193-248.
  • Baud, Henri, Binz, Louis (dir.), Le diocèse de Genève-Annecy, Paris, Beauchesne, 1985, p. 76-77.
  • Ganter, Edmond, Les clarisses de Genève. 1473-1535-1793, Genève, Éditions de la Société catholique d’histoire, 1949.
  • Morel, Octave. « Les États-Généraux de Savoie sous les régences des duchesses Yolande de France (1468) et Blanche de Montferrat (1490) », Bibliothèque de l’École des Chartes, vol. 94, 1933, p. 58-73.
  • Uginet, François-Charles, « Iolanda di Francia, duchessa di Savoia », in Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 62, Rome, Istituto della enciclopedia italiana, 2004, p. 549-553.
100 Elles* - Le recueil

Retrouvez cette biographie dans le recueil

L’avenue Ruth Bösiger ? La rue Grisélidis Réal ? Ou le boulevard des Trente Immortelles de Genève ? Si ces noms ne vous disent rien, c’est parce que ces rues n’existent pas. Ou pas encore... À Genève, l'Escouade a fait surgir cent femmes* du passé où elles avaient été enfouies, en installant de nouveaux noms de rues dans la ville. Le livre 100Elles*constitue le recueil de ces cent portraits illustrés.

Cent biographies de femmes ayant marqué l'histoire du VIe au XXe siècle pour lutter contre l'effacement des figures féminines de la mémoire collective et les mécanismes patriarcaux de l’historiographie.

Cet ouvrage est le fruit d'un travail collaboratif, local et inclusif. Rédigé par des historiennes de l’Université de Genève et réalisé sous la direction de l’Escouade, il est illustré par dix artistes genevoises, alumnae de la HEAD – Genève, partenaire du projet.

Ouvrage disponible en librairie et sur le site des Editions Georg: https://www.georg.ch/100elles