Caroline BOISSIER-BUTINI

1786-1836, pianiste et compositrice

Née le 2 mai 1786 à Genève et décédée le 17 mars 1836 dans cette même ville, Caroline Boissier-Butini est une pianiste et compositrice du XIXe siècle.

Issue d’une famille de la bourgeoisie genevoise qui encourageait l’éducation des filles, Caroline Boissier débute le piano à l’adolescence, activité qu’elle poursuit toute sa vie durant. À 22 ans, elle se marie avec Auguste Boissier, propriétaire terrien genevois. Contrairement aux normes sociétales de l’époque, Caroline Boissier-Butini n’interrompt pas l’étude du piano à la suite de son mariage et continue de pratiquer la musique intensivement. Cette situation est singulière dans la mesure où la pratique de la musique est, dans la Genève du début du XIXe siècle, relativement déconsidérée et que la poursuite d’une activité artistique de haut niveau n’est pas encouragée chez les Genevoises de ce rang. En dépit de ce contexte social, l’artiste apparait cinq fois à l’affiche de la Société de musique présentant, notamment, ses propres compositions. Ses mentions fréquentes, dans ses écrits personnels, de moments d’autoapprentissage laissent supposer qu’elle se soit formée de manière autodidacte.

Suite à sa mention dans l’Allgemeine musikalische Zeitung de Leipzig en mars 1815, la réputation de Caroline Boissier-Butini dépasse les frontières de la Suisse. Dans cette chronique, le correspondant du journal, alors de passage à Genève, y relate la facilité inouïe avec laquelle l’artiste joue du pianoforte et interprète un concerto de sa création. Un second moment clé dans la carrière de la compositrice est le voyage entrepris à Paris et Londres en 1818 durant lequel elle mesure son talent pianistique à celui des meilleurs pianistes de ces deux villes. Ce séjour n’est aucunement comparable aux voyages d’agréments traditionnellement pratiqués par la bourgeoisie genevoise car, selon ses écrits, l’artiste l’a organisé avec des objectifs artistiques et professionnels définis. C’est notamment lors de ce voyage qu’elle cherche à faire paraitre certaines de ses œuvres. Suite au refus d’Ignace Pleyel, célèbre éditeur français, de la publier, Caroline Boissier-Butini conclut un contrat avec les éditions Leduc. Toutefois, aucune œuvre issue de cette collaboration n’a pour l’instant été retrouvée.

Après avoir été invisibilisée, Caroline Boissier-Butini est aujourd’hui considérée comme l’une des personnalités musciales les plus douées de sa génération. Grâce à la redécouverte en 2002 de quarante-deux compositions de Caroline Boissier-Butini à la Bibliothèque de Genève, son œuvre est remise à l’honneur lors de concerts dans différentes institutions genevoises.


Biographie : Léa Moreau

Bibliographie
  • Minder-Jeanneret, Irène, « Caroline Boissier-Butini in Paris und London », in Hoffmann, Freia (dir.), Reiseberichte von Musikerinnen des 19. Jahrhunderts, Hildesheim, Olms, 2011, p. 37-96.
  • Minder-Jeanneret, Irène, « Die beste Musikerin der Stadt », Caroline Boissier-Butini (1786-1836) und das Genfer Musikleben zu Beginn des 19. Jahrhunderts, Osnabrück, Electronic Publishing Osnabrück, 2013.
  • « Caroline Boissier-Butini », in Wikipédia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Caroline_Boissier-Butini).
  • Site de l’Association Caroline Boissier-Butini (www.carolineboissierbutini.ch/)
100 Elles* - Le recueil

Retrouvez cette biographie dans le recueil

L’avenue Ruth Bösiger ? La rue Grisélidis Réal ? Ou le boulevard des Trente Immortelles de Genève ? Si ces noms ne vous disent rien, c’est parce que ces rues n’existent pas. Ou pas encore... À Genève, l'Escouade a fait surgir cent femmes* du passé où elles avaient été enfouies, en installant de nouveaux noms de rues dans la ville. Le livre 100Elles*constitue le recueil de ces cent portraits illustrés.

Cent biographies de femmes ayant marqué l'histoire du VIe au XXe siècle pour lutter contre l'effacement des figures féminines de la mémoire collective et les mécanismes patriarcaux de l’historiographie.

Cet ouvrage est le fruit d'un travail collaboratif, local et inclusif. Rédigé par des historiennes de l’Université de Genève et réalisé sous la direction de l’Escouade, il est illustré par dix artistes genevoises, alumnae de la HEAD – Genève, partenaire du projet.

Ouvrage disponible en librairie et sur le site des Editions Georg: https://www.georg.ch/100elles