Pearl GROBET-SECRÉTAN
Source: collection privée

Pearl GROBET-SECRÉTAN

1904-1988, Suffragiste

Née à Londres le 28 décembre 1904 et décédée à Genève en 1988, Pearl Grobet-Secrétan, fille d’Adolphe Secrétan et de Laura Clarke, tous deux de professions inconnues, est une enseignante, suffragiste et activiste politique socialiste.

Grobet-Secrétan est licenciée ès lettres de l’Université de Londres en 1922, université ouverte aux femmes depuis 1868. Dans ce milieu progressiste, elle s’initie aux luttes sociales ainsi qu’aux luttes pour les droits politiques des femmes. Elle s’installe ensuite aux États-Unis et obtient un Master à l’Université de Columbia de New York. Enseignante de français au Sarah Lawrence College et au Packer Collegiate Institute, elle se marie avec Édouard Grobet et donne naissance à trois enfants. Durant la Seconde Guerre mondiale, elle devient en outre bénévole pour la Croix-Rouge états-unienne.

Installée à Genève dès 1947, Grobet-Secrétan milite au sein de l’Association suisse pour le suffrage féminin (ASSF). Cette association, créée en 1909 par le regroupement de nombreuses associations pour le droit de vote des femmes, œuvre pour garantir l’accès des femmes à l’égalité politique par des moyens officiels tels que, par exemple, le dépôt d’une pétition à Berne (1929). Grobet-Secrétan participe notamment à la campagne pour les votations populaires de 1959 lors de laquelle le droit de vote est refusé aux femmes par 66,9 % des hommes de Suisse (taux de participation de 66,7 %). Vaud, Neuchâtel et Genève sont les seuls cantons à ne pas rejeter l’initiative. Dans la foulée, les deux premiers cantons adoptent le droit de vote pour les femmes au niveau communal ainsi que cantonal la même année et Genève en 1960. À la faveur de cette extension des droits politiques des femmes, Grobet-Secrétan se présente aux élections de 1961 comme candidate au Grand Conseil pour le Parti socialiste. Divorcée, elle doit se présenter sous l’appellation « Pearl Secrétan, divorcée Grobet », ce qui aurait pu lui porter préjudice. Elle n’est en effet pas élue. Elle continue de militer pour l’obtention du suffrage féminin au niveau fédéral, droit obtenu en 1971 seulement (à titre de comparaison, les femmes en Australie votent depuis 1901, en Russie depuis 1917, en Angleterre depuis 1918, au Brésil depuis 1932, en France depuis 1944, au Pakistan depuis 1954).

Grobet-Secrétan se mobilise également autour de questions liées à la pédagogie. Elle est ainsi membre fondatrice du mouvement Famille-école, un mouvement qui œuvre pour que les associations de parents d’élèves soient reconnues comme des partenaires dans les débats concernant l’école. Avec des politicien.ne.x.s et des membres du corps médical, elle se bat également pour la création d’un planning familial à Genève. À la suite de ces mobilisations, le Centre d’information familiale et de régulation des naissances – un service public destiné à la lutte contre l’avortement par la diffusion de la contraception et à la promotion de la famille – est institué en 1965 par une loi du Grand Conseil. Également très active dans la sphère internationale, Grobet-Secrétan est déléguée auprès des Nations Unies pour la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté ainsi que pour la Fédération internationale des droits de l’homme. Elle prend en outre part à la troisième Conférence mondiale des femmes de Nairobi (1985) et participe aux mobilisations contre l’apartheid en Afrique de Sud.


(LP)

Sources
  • « Élection des députés au Grand Conseil : Genève, 4 et 5 novembre 1961 : programme des partis officiels », Femmes suisses et le Mouvement féministe : organe officiel des informations de l’Alliance de sociétés féminines suisses, vol. 49, n° 11, 1961, pp. 1-2.
  • Grobet-Secrétan, Pearl, « Assises annuelles de l’Association suisse pour le suffrage féminin », Femmes suisses et le Mouvement féministe : organe officiel des informations de l’Alliance de sociétés féminines suisses, vol. 51, 1963, p. 4.
Bibliographie
  • Burgnard, Sylvie, Produire, diffuser et contester les savoirs sur le sexe : une sociohistoire de la sexualité des années 1970, Berne, Peter Lang, 2015.
  • Grobet, Erik, « Pearl Grobet-Secrétan », in Deuber Ziegler, Erica, Tikhonov, Natalia (dir.), Les femmes dans la mémoire de Genève. Du XVe au XXe siècle, Genève, Éditions Suzanne Hurter, 2005, pp. 268-269.
  • Voegeli, Yvonne, « Suffrage féminin », in Dictionnaire historique de la Suisse, (http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F10380.php).