Mary WOLLSTONECRAFT GODWIN
Source/Wikipédia

Mary WOLLSTONECRAFT GODWIN

Mary-SHELLEY, 1797-1851, Écrivaine

Née le 30 aout 1797 à Somers Town, faubourg de Londres, et morte le 1er février 1851 à Londres. Fille de Mary Wollstonecraft (1759-1797), philosophe féministe, éducatrice et femme de lettres, et de William Godwin (1756-1836), philosophe, écrivain politique et romancier. Mary Wollstonecraft Godwin, plus connue sous son nom d’épouse, Mary Shelley, est une femme de lettres anglaise. Elle s’intéresse à plusieurs genres et s’essaye tant à la composition de romans, de récits de voyage, de nouvelles, de biographies, ou de poésie. C’est en particulier son roman Frankenstein ou le Prométhée moderne, publié anonymement en 1818, qui l’a ancrée dans la postérité.

Orpheline de mère onze jours après sa naissance, Mary Wollstonecraft Godwin est d’abord élevée, avec sa demi-sœur Fanny Imlay, par son père, qui se remarie, en 1801, avec Mary Jane Clairmont – que Mary Wollstonecraft Godwin n’apprécie pas –, elle-même mère de deux enfants, Charles et Claire. Mary Wollstonecraft Godwin baigne dans la littérature dès son plus jeune âge, son père offrant à ses enfants une instruction riche et variée, et leur ouvrant non seulement sa bibliothèque, mais aussi son cercle social intellectuel.

Elle rencontre le poète Percy Bysshe Shelley (1792-1822), alors marié, en mars 1814, et ils entament une liaison, désapprouvée par William Godwin. En juillet, les amants fuient en France, accompagnés de Claire Clairmont, puis se rendent en Suisse, jusqu’à Lucerne, où le manque d’argent les contraint à rentrer en Angleterre. Mary Wollstonecraft Godwin tombe enceinte, mais perd sa fille peu de temps après sa naissance, au début de 1815, ce qui la plonge dans un état de dépression, dont elle se rétablit lorsqu’elle tombe enceinte à nouveau, l’été de cette même année.

En mai 1816, Mary Wollstonecraft Godwin, Percy Shelley, leur fils (né en janvier), et Claire Clairmont, se rendent à Genève, afin de passer l’été avec le poète George Byron au bord du lac, à Cologny. L’été est pluvieux, et le petit groupe, auquel se joint le poète John William Polidori, est souvent confiné à l’intérieur. De leurs conversations et lectures communes, Byron suggère de rédiger chacun un conte fantastique, idée charnière pour Mary Wollstonecraft Godwin, qui se fait appeler « Mme Shelley » lors de son séjour genevois. Elle n’a d’abord pas d’inspiration, puis visualise « le fantasme hideux d'un homme se lever, puis, par le travail de quelque machine puissante, montrer des signes de vie, et bouger en un mouvement malaisé et à moitié vivant » : Frankenstein voit le jour, et ce qui devait n’être à l’origine qu’une nouvelle se mue en un premier roman.

Le retour en Angleterre est marqué par les suicides successifs de Fanny Imlay et de Harriet Shelley, l’épouse de Percy. Mary Wollstonecraft Godwin et ce dernier se marient en décembre 1816. Elle termine la rédaction de Frankenstein en été 1817 et le roman est publié en janvier de l’année suivante de manière anonyme. Beaucoup supposent à l’origine que l’auteur est Percy Shelley. Suite à des problèmes en Angleterre, le couple décide de se rendre en Italie et entame une existence itinérante, tout en continuant à s’entourer de leur cercle social et intellectuel. L’Italie est le théâtre de la mort de leurs deux enfants, Clara (née en janvier 1817) et William, à Venise et à Rome, ce qui touche profondément Mary Wollstonecraft Godwin. Elle se réconforte dans l’écriture, avant de donner naissance à un fils, Percy Florence, en novembre 1819. Après une période riche en activités intellectuelles et littéraires, mais entachée par des déconvenues et une fausse couche en 1822, qui manque de lui couter la vie, le séjour italien de Mary Wollstonecraft Godwin prend une tournure d’autant plus tragique lorsque Percy Shelley se noie en mer en juillet, alors qu’ils séjournent à San Terenzo.

Mary Wollstonecraft Godwin rentre en Angleterre en 1823, où elle vit avec son fils jusqu’à sa mort, le 1er février 1851. Pendant cette période, elle édite les œuvres poétiques de Percy Shelley et est elle-même très active dans l’écriture.


(JS)

Œuvre
  • Frankenstein: 1818 text, (ed. Marilyn Butler), Oxford, Oxford University Press, 2009.
  • Frankenstein, (ed. M. K. Joseph), Oxford, Oxford University Press, 2008.
Bibliographie
  • « Mary Shelley », in Wikipédia, (https://fr.wikipedia.org/wiki/Mary_Shelley).
  • Spark, Muriel, Mary Shelley, Londres, Cardinal, 1987.
  • Mellor, Anne K., Mary Shelley: Her Life, her Fiction, Her Monsters, Londres, Routledge, 1990.
  • Sunstein, Emily W., Mary Shelley: Romance and Reality, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1991.