Mary MCGEACHY

1901-1991, Fonctionnaire de l’UNRRA

Née le 7 novembre 1901 à Sarnia au Canada et morte le 2 novembre 1991 à New York, Mary (Agnes Craig) McGeachy est une fonctionnaire internationale de la Société des Nations, puis dans la période qui suit la Deuxième Guerre mondiale, de l'Administration des Nations unies pour le secours et la reconstruction. Elle est aussi la première femme à accéder au grade diplomatique britannique en tant que Première secrétaire de l’Ambassade britannique à Washington en 1942, et Présidente du Conseil internationale des femmes de 1963 à 1973.

Mary McGeachy étudie l’histoire et la littérature anglaise à l’université de Toronto. Fille de pasteur, elle grandit dans une famille protestante et très pratiquante de la classe moyenne. Elle donne beaucoup d’importance au religieux durant sa vie et dans sa période universitaire, elle s’implique activement dans le mouvement international des étudiants chrétiens, ce qui développe son intérêt pour l’internationalisme. À la sortie de l’université, elle enseigne l’histoire à l’Institut d’étude secondaire de Hamilton, au Canada.

Après avoir participé à plusieurs conférences en Europe, elle s’installe à Genève en 1927 où elle partage un appartement à la place du Bourg de Four. Dans un premier temps, elle est rédactrice pour le journal Vox Studentium mais rêve de devenir employée à la Société des Nations. Elle rejoint l’organisation en 1928, en tant que chargée de la communication de la Société des Nations avec les organisations féminines internationales. En 1940, elle quitte Genève. En ces temps de guerre, elle aide plusieurs de ses collègues et elle-même à rejoindre les États-Unis en conduisant à travers la France et l’Espagne pour rejoindre le Portugal et prendre un bateau. À son arrivée à New York, elle est recrutée par le ministère de l’Économie de Guerre britannique et devient Première secrétaire de l’Ambassade britannique. En 1942, elle est la première femme de l’histoire à recevoir le statut diplomatique britannique, mais à l’inverse de ses collègues masculins, uniquement de manière temporaire.

Elle se marie en 1944 et choisit de conserver son nom de naissance, McGeachy. La même année, elle devient directrice du service en charge de la protection sociale de l'Administration des Nations unies pour le secours et la reconstruction. Cet organe de la nouvelle organisation des Nations unies a pour but d’organiser la reconstruction de l’Europe suite à la Deuxième Guerre mondiale. En 1946, Mary McGeachy se retire, adopte deux enfants et se consacre à sa famille pendant plus de dix ans, vivant entre les États-Unis, l’Afrique du Sud et le Canada.

Après le suicide de son mari en 1963, elle devient présidente du Conseil internationale des femmes jusqu’en 1973, un rôle bénévole. D’après sa biographe, Mary McGeachy n’aimait pas être définie comme féministe et lors de sa présidence, elle eut du mal à saisir les revendications des nouvelles générations qui demandaient la libération sexuelle. Elle est faite Dame de l’Ordre de Saint-Jean en 1986 et meurt en 1991 à New York.


(MP)

Bibliographie