Marie-Thérèse MAURETTE

Marie-Thérèse MAURETTE

1890-1989, Directrice de l’École internationale de Genève

Née à Paris le 28.9.1890 et décédée à Paris le 25.6.1989. Fille de Paul Dupuy, secrétaire général de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, et de Marthe Le Cœur. Après des études au collège Sévigné, Marie-Thérèse Maurette choisit de ne pas de préparer l’agrégation, au grand dam de la directrice Mathilde Salomon. Sur les conseils de la pédagogue Alice Hertz (-Bauer), elle part à Londres et étudie durant deux ans les méthodes éducatives de Froebel et Montessori. De retour à Paris en 1911, elle épouse le géographe Fernand Maurette et débute un enseignement au collège Sévigné, où elle travaille en étroite collaboration avec Alice Hertz (-Bauer). Les deux enseignantes mettent en place l’un des premiers jardins d’enfants en France, ainsi que la formation de jardinière d’enfants.

En 1924, la famille Maurette déménage à Genève où Fernand Maurette a accepté la responsabilité de la Division des recherches au BIT. Marie-Thérèse Maurette poursuit quant à elle son travail de pédagogue à l’École internationale de Genève (Écolint), fondée en 1924 par des fonctionnaires internationaux et des pédagogues genevois, dont elle devient la directrice en 1929. Durant vingt ans, elle développe cette école et met en pratique toute une série de nouveautés, qu’il s’agisse du bilinguisme français-anglais, des cours d’histoire internationale et de culture internationale (géographie) et d’un enseignement mixte. Ces nouveautés servent plus largement le projet d’une éducation à la paix, dans les pas des organisations internationales.

Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, la pédagogue prend une part très active aux travaux préparatoires destinés à créer une école internationale à New York, où elle séjourne durant plusieurs mois. De retour en Europe, elle œuvre au sein de l’UNESCO dans un groupe de travail chargé de la rédaction d’un manuel d’histoire internationale et donne également une série de conférences, notamment sur les techniques d’éducation à la paix.

En 1950, Marie-Thérèse Maurette quitte définitivement Genève pour rentrer à Paris. Elle revient cependant une dernière fois sur les bords du Léman en 1974, à l’occasion du demi-siècle de l’Écolint auquel elle collabore par la rédaction du livre de souvenirs.


(RC)

Bibliographie
  • Hamayed, Othman, Wilde, Conan de, De l’Écolint. Histoire de l’École internationale de Genève, Genève, École internationale de Genève, 2014.
  • Maurette, Marie-Thérèse, Roquette, Fred & Elly, Briquet, Élisabeth, Lejeune, René-François, Groenedijk, Arie, École internationale de Genève. Son premier demi-siècle, Genève, AIJJR Archives, 1974.
  • Maurette, Marie-Thérèse, Journal de famille, 1982, transmis par sa petite-fille Thérèse Picquenard-Maurette en septembre 2015.
  • Walker, George, Marie-Thérèse Maurette. Pionnière de l’éducation internationale, École internationale de Genève, 2009.