Louise BOULAZ

dite Loulou, 1908-1991, Alpiniste

Née à Avenches le 6 février 1908 et décédée à Genève le 13 juin 1991, Louise Boulaz est une alpiniste helvétique, plus connue sous le pseudonyme de « Loulou ». Renommée internationalement, elle est membre d’honneur de la Section genevoise du Club Alpin Suisse (CAS), de l’Alpine Club britannique et du Ladies’ Alpine Club.

Au cours des années 1930, Louise Boulaz s’exerce à diverses pratiques sportives en montagne, dont le ski alpin. Membre de l'équipe nationale suisse entre 1936 et 1937, elle obtient la 4e place du slalom aux championnats du monde organisés à Chamonix en 1937. Un an plus tard, elle remporte une descente devant Denise Moynier et Denise Best lors du concours international de Morzine de 1938, prévu par le Ski Club Alpin de Paris.

A cette période, Louise Boulaz s’adonne également à l’alpinisme et parvient à trouver sa place dans une discipline fortement marquée par l’invisibilisation des femmes. La section genevoise du CAS n’admet pas, par exemple, de femmes parmi ses membres ordinaires. Dans ce contexte, Louise Boulaz entreprend des cordées sans « homme » et réalise plusieurs des premières ascensions féminines dans le massif du Mont-Blanc. Aux côtés de Lucie Durand, elle grimpe la façade sud de la Dent de Géant en 1933, celle du Requin et mène la traversée des Grands Charmoz et des Droites en 1935. En 1959, elle participe aussi à une expédition entièrement féminine dans l’Himalaya vers le Cho Oyu (8 201 m). Suite à une avalanche, elle perd plusieurs de ses partenaires dont Claude Kogan et Claudine van der Straten.

Louise Boulaz accomplit également des premières ascensions tout sexe confondu. Elle est la première personne à monter la face est du Bel d’Oiseau en 1938 et à escalader la paroi nord du Zinalrothorn en 1941, un sommet des Alpes valaisannes qui se situe à 4 221 mètres. Dans le cadre d’une pratique mixte de l’alpinisme, ses principaux compagnons de cordées sont Raymond Lambert et Pierre Bonnant. En 1951, Louise Boulaz traduit en français l’ouvrage d’Anderl Heckmair, Les trois derniers problèmes des Alpes : la face nord du Cervin, la face nord des Grands Jorasses, la face nord de l’Eiger.

En février 2018, le Conseil d’Etat décide de lui rendre hommage en nommant une partie de l’aménagement urbain de la future gare des Eaux-Vives « Promenade Louise-BOULAZ ». Celle-ci reliera la rue Berthe Vadier à la route de Chêne.


(CM)

Bibliographie