Jean SINDAB Dr.

Jean SINDAB Dr.

1944-1996, Internationaliste antiraciste et antisexiste

Jean Sindab, née à Cleveland le 23 octobre 1944, décédée à New York le 8 janvier 1996. Nellie Jean Pitts, de son nom de jeune fille, était une activiste et lobbyiste internationaliste afro-américaine engagée dans la lutte contre le racisme, le sexisme et l’exploitation économique. Elle grandit à New York aux côtés de ses cinq sœurs dans un foyer à faible revenu tenu par sa mère qui est nettoyeuse. En 1970, après six ans d’expérience professionnelle en tant que secrétaire juridique puis deux ans en tant qu’assistante-éditrice dans des milieux majoritairement masculins, blancs et élitistes, la jeune femme entreprend des études universitaires en histoire socioéconomique, africaine et afro-américaine au Hunter College. Si ces années d’études participent à son émancipation intellectuelle, elles s’accompagnent néanmoins d’une forte précarité économique obligeant Sindab à continuer de travailler les après-midis en tant qu’assistante-éditrice, de même qu’à puiser des ressources psychologiques et émotionnelles dans sa foi chrétienne. Toutefois, l’obtention d’une bourse en 1972 lui permet de voyager hors des États-Unis et de se rendre au Ghana, au Nigéria et au Togo. À la suite d’un double master en science politique et relations internationales de l’université de Yale puis d’une thèse en science politique et ressources humaines, Sindab obtient le titre de docteure en 1984. À ce moment, elle est déjà directrice exécutive depuis quatre ans au sein du Washington Office on Africa (WOA), un organisme qui a pour but d’influencer la politique étrangère étasunienne contre l’apartheid en Afrique du Sud et en Namibie. Dans le cadre de ses fonctions, Sindab se consacre entre autres à des activités de lobbyisme stratégique auprès des membres du Congrès étasunien, des médias et d’organisations étasuniennes et internationales comme l’AFL-CIO, le Congressional Black Caucus, le YWCA, Amnesty International et le Human Rights Watch. De plus, en parallèle à son engagement au sein du WOA, Sindab est également consultante pour le King Center for Non-Violence (1986), la Rainbow Coalition (1984-1986), le Conseil de l’ONU sur la Namibie et le Centre contre l’apartheid de l’ONU (1982-1986). C’est à travers l’ensemble de ces activités que Sindab acquiert les compétences et connaissances de terrain lui servant par la suite dans le Programme de Lutte contre le Racisme (PLR) du Conseil œcuménique des Églises (COE) à Genève qu’elle rejoint en 1986. Durant ses cinq années au sein de l’organisation – et outre une pause de quelques mois en 1988 pour accompagner la campagne électorale du révérend afro-américain Jesse Jackson – Sindab occupe les fonctions de secrétaire exécutive, puis de codirectrice du PLR et de coordinatrice du sous-programme Women Under Racism. Au sein de ce dernier, elle participe activement à la théorisation sur l’interconnexion des oppressions de race, sexe et classe (plus tard appelée « intersectionnalité » par la sociologue afro-américaine Kimberle Crenshaw en 1989 et 1991), de même qu’au réseautage de femmes victimes de racisme à travers le monde et de la mise à l’agenda de ces aspects au sein même du COE. Bien qu’établie au Grand-Saconnex à cette période, Sindab s’implique peu aux niveaux genevois et suisse ce qui s’explique sans doute par le fait que ses fonctions l’amènent à devoir fréquemment voyager autour du globe. Au printemps 1991, Sindab retourne à New York et intègre le National Council of Churches of Christ au sein duquel elle s’implique dans la lutte nationale contre le racisme environnemental considérant la manière dont les problèmes environnementaux affectent particulièrement les groupes racialement et économiquement opprimés. Le 8 janvier 1996, Sindab meurt à l’âge de 51 ans d’un cancer du sein.


(PO-N)

Références
  • Ohene-Nyako, Pamela, « Femmes de couleur dans la lutte transnationale contre le racisme. Le sous-programme Women Under Racism du Conseil œcuménique des Églises », mémoire de Master, Université de Genève, 2017.
  • Notice biographique présentant le fonds d’archives personnelles de Jean Sindab, Schomburg Center for Research in Black Culture, New York, (http://archives.nypl.org/scm/21149).
  • Comité d’obsèques de Nellie Jean Sindab, « A Celebration of the Life of Dr. Nellie Jean Pitts Sindab », 1996, (http://www.aluka.org/action/showMetadata?doi=10.5555/AL.SFF.DOCUMENT.nevbm3).
Read this biography in English.