Ekaterina DACHKOVA
Dm. Levitsky (1784, Hillwood)

Ekaterina DACHKOVA

1743-1810, Princesse, diplomate et académicienne

Ekaterina Dachkova, née Vorontsova, est une femme de lettres, voyageuse, et actrice politique de premier ordre de l’époque des Lumières.

Née le 17 mars (28 mars) 1743 à Saint-Pétersbourg, et issue d’une prestigieuse famille noble, Ekaterina Romanovna Vorontsova fréquente dès son enfance la cour impériale et la future impératrice Catherine II, dont elle devient l’amie et la confidente. En février 1759, elle se marie avec le prince Mikhaïl Ivanovitch Dachkov (1736-1764).

En juillet 1762, la jeune princesse Dachkova participe activement au renversement du tsar Pierre III et à son remplacement sur le trône par son épouse, Catherine. Pourtant, son esprit brillant et son intelligence politique lui attirent l’hostilité d’une partie des conseillers de Catherine II. Veuve et très fortunée, Dachkova décide alors de réaliser un premier voyage en Europe entre 1769 et 1771, puis un second, plus long, avec son fils Pavel, de 1775 à 1782.

Au cours de ces Grands Tours, la femme de lettres se rend en Angleterre, en Écosse, en Prusse, en Hollande, en Autriche, en Italie et en France, et rencontre au fil de ses pérégrinations William Robertson, Adam Smith, Frédéric II, le pape Pie VI, Denis Diderot et l’abbé Reynal, entre autres. En mai 1771, elle arrive à Genève et fait la connaissance de Voltaire dans son domaine de Ferney. Elle s’intègre très facilement aux cercles savants genevois et participe activement au cosmopolitisme des Lumières dans la cité. Marquée par son séjour genevois, l’aristocrate russe y revient brièvement quelques années plus tard et revoit la ville « avec un plaisir mêlé de tristesse, parce que [Genève et Lausanne] me rappelaient le bonheur que j’y avais goûté ».

À son retour en Russie en 1783, la princesse Dachkova est nommée directrice de l’Académie des sciences à Pétersbourg, poste qu’elle conserve jusqu’en 1796. Durant cette période, elle favorise le travail des savants de tous genres et contribue elle-même activement à la rédaction d’un Dictionnaire de la langue russe modernisé. Membre de diverses académies, elle s’implique énormément dans le rayonnement des lettres et des arts en Russie. Ekaterina Dachkova doit quitter ses fonctions en 1796, suite à l’accession au trône du tsar Paul Ier et vit alors retirée des affaires politiques jusqu’à son décès, le 4 janvier (16 janvier) 1810.

Parmi ses nombreux ouvrages, elle laisse des Mémoires qui reproduisent avec finesse l’atmosphère de dynamisme culturel qui règne dans la société éclairée européenne au siècle des Lumières.


(NdF)

Œuvres
  • (et. alii), Antidote ou examen du mauvais livre superbement imprimé intitulé « Voyage en Sibérie fait par ordre du Roi en 1761 et contenant les mœurs… » par l’abbé Chappe d’Auteroche, Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1770.
  • Mon histoire. Mémoires d’une femme de lettres russe à l’époque des Lumières, Paris, L’Harmattan, 1999 [1840].
  • Дашкова, Екатерина Романовна, Записки княгини: Воспоминания. Мемуары [Dachkova, Catherine Romanovna, Notes d’une princesse. Souvenirs. Mémoires] Москва, Харвест, 2003 [1805].
  • Дашкова, Екатерина Романовна, О смысле слова "воспитание". Сочинения, письма, документы. Составление, вступительная статья, примечания Г. И. Смагиной [Dachkova, Catherine Romanovna, Sur le sens du mot « éducation ». Œuvres, lettres, documents. Composition, introduction aux articles et remarques par Galina Smagina], СПб, OCR Бычков, 2001 [1808].
Bibliographie
  • Gretchanaia, Elena, « Ekaterina Romanovna Dachkova », in Dictionnaire des femmes de l'ancienne France, (http://siefar.org/dictionnaire/fr/Ekaterina_Romanovna_Dachkova).
  • Стагина, Галина, «Принцесса Екатерина Дашкова», dans Оссипов, Юрий (ред.) Большая российская энциклопедия [Stagina, Galina, «Princesse Catherine Dachkova », in Ossipov, Iouri (dir.), La grande encyclopédie russe], Москва, научное издательство «Большая российская энциклопедия», том 8, 2007, pp. 355-356.
  • Vorontsov-Dachkov, Alexander, Dachkova: A Life of Influence and Exile, Philadelphia, American Philosophical Society, 2008.
  • « Catherine Dachkov », in Wikipédia, (https://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_Dachkov).